Anatomie d'une épée médiévale

Une épée se compose de plusieurs parties. La partie la plus importante d'une épée est la lame. C'est la partie d'une épée qui est utilisée pour couper ou poignarder. La lame doit être très souple pour ne pas casser lors de l'utilisation. La netteté de l'épée est maintenue par la dureté des côtés et la pointe de l'épée est destinée à poignarder. Une partie de cette feuille est le Fuller. La tranchée qui passe habituellement au milieu d'une épée est surnommée la foulée. Cette tranchée est principalement là pour la solidité de l'épée en raison du gain de poids qui en découle. Sous la lame se trouve la garde, c'est la séparation entre la lame et le manche. La traverse est là pour protéger les mains, qui ne peuvent donc pas glisser jusqu'à la lame tranchante. Un coup de l'adversaire peut également être repoussé et retourné avec la cross-guard.

Sous la garde croisée se trouve le manche de l'épée, les épées médiévales d'origine avaient souvent des manches courts car les gants épais n'étaient pas pris en compte à l'époque. Le manche est généralement constitué d'une fine partie de la lame qui s'étend vers le bas, entourée de bois enveloppé de cuir.

La dernière partie de l'épée est le pommeau. C'est comme une casquette sur le dos de l'épée. Le pommeau peut être utilisé pour plusieurs choses. Il fournit principalement un équilibre contre la lourde lame de l'épée, mais peut également être utilisé comme une extension de la poignée pour augmenter la portée. Le pommeau est également souvent conçu avec un œil décoratif.

Cliquez ici pour nos épées de collection